Lanciano, ville du Miracle, de l'art, de la musique et des foires


La ville de Lanciano vante une histoire millénaire. Elle fut fondée, avant Rome, par Solima, compagnon mythique d'Enea, qui l'appela Anxanon en l'honneur du frère Anxa.

La cité antique s'étendait sur trois cols, à portée de vue de l'Adriatique et de la Majella, distincte en quatre quartiers, avec neuf portes, le long de l'enceinte des anciens remparts et neuf fontaines.

Devenue municipe romain au IIe siècle a.JC, elle devint renommée au cours des siècles pour ses fameuses nundinae ou foires, grâce auxquelles elle représenta toujours un centre vital d'échanges commerciaux.

Au cours des siècles successifs elle continua d'être un habitat important, comme le témoigne la construction à l'époque romaine du Pont de Diocleziano, pont ardi dont les puissantes arcades soutiennent la Cathédrale et qui a relié pendant des siècles le centre habité avec le "champs de foires".

A la chute de l'Empire romain suivirent la domination byzantine et lombarde. Au XIIIe siècle il y eut une période de grande vitalité grâce surtout à la politique de Frédéric II. Elle fut ensuite élevée au rang de Civitas au XVIe siècle.

Au cours des siècles, le point culminant de la petite cité fut la Place Plebiscito, dont les quartiers du centre historique s'entremêlent encore aujourd'hui avec la partie neuve et vitale de l'habitat. Sur la place se mettent en valeur les édifices-symboles de la ville tels que la Cathédrale, l'Eglise du Miracle, l'Hôtel de Ville, la tour civique, le Théâtre Fenaroli. La vie de la cité se déroulait dans les quartiers historiques qui conservent encore aujourd'hui leur structure primitive et témoignent par de nombreux monuments de grande valeur, la vitalité artistique et culturelle de cet antique centre "frentano".(*).

Entre la fin du Dix-neuvième et le début du Vingtième siècle, à cause de sa croissance économique et démographique, la ville se développa d'une façon considérable vers la partie qui était un temps dédiée aux Foires citadines, donnant vie à la Cité Neuve (Citta Nuova).

(*) "Frentani", antique population sannitique qui habitait les bassins du "Fortore", ancien Frento).

Le nundinae, les foires de Lanciano


Renommée depuis toujours pour les "nundinae", les foires, les marchands arrivaient à Lanciano de chaque coin d'Italie et y trouvaient hospitalité pour eux-mêmes et leurs marchandises.

L'importance assumée durant les siècles par les Foires de Lanciano poussa le Roi Ferdinand a émaner l'Edit de 1515 qui garantissait et légitimait l'hospitalité aux marchands de "toute race et religion". Cette attitude d'ouverture à l'égard des peuples de culture et de provenance diverses a rendu la cité accueillante et cordiale, caractéristiques qui peuvent encore être aujourd'hui attribuées aux habitants de Lanciano.

Les Foires se déroulaient dans la partie qui est aujourd'hui la partie neuve de la Ville et de la Place Plebiscito, à travers le Corso della Bandiera, portait au Champs de la Foire. A l'occasion des Foires le Maître assermenté (Mastrogiurato) était investi, figure d'exception qui secondait le Syndic et avait la charge de surveiller la cité pendant la période des Foires et s'assurait que tout s'accomplisse dans le respect de la loi.

Visite au centre historique de la ville


La visite au centre historique de la ville peut vraiment signifier un retour aux émotions et sensations antiques car il est encore possible de reparcourir et de visiter les anciens et précieux monuments que la ville conserve avec soin et attention.

Le point de départ idéal est Place Plebiscito, autour de laquelle la ville s'est organisée dans le temps et qui représente le point vital. En fait, jusqu'à quelque siècle, l'habitat était enfermé à l'intérieur des solides remparts, abattus pour permettre l'ouverture de la ville vers la partie neuve.

En partant de la Place Plebiscito le visiteur peut rejoindre les quartiers antiques médiévaux qui formaient la cité antique : Lancianovecchia, Civitanova, Sacca e Borgo et admirer les antiques ruelles, le boutiques et les églises, les tours, les fontaines, les portes d'accès à la ville, les remparts.

Le parcours archéologique


La visite à Place Plebiscito ne peut s'achever sans faire un tour dans la partie supérieure, vraiment subjective elle peut se révéler très intéressante le long du Parcours Archéologique, au-dessous de ladite Place. Les découvertes ont confirmé une première phase datable de l'époque romaine. Des restes d'une structure murale, tard romain, confirment en partie la tradition selon laquelle, le pont sur lequel la Cathédrale a été édifiée fut construit à l'époque de l'empereur Diocleziano.

Plus évidente est la phase relative à la reconstruction en 1138, oeuvre de Lotario II, du Pont après sa destruction en 1088. A cette même période semble remonter la construction de l'église de Santa Maria in Platea appelée par la suite dell'Annunziata. La partie relative au pont, à l'église et au lieu où est advenu le Miracle s'est au cours des siècles enterrée par rapport au niveau actuel de la Place. Les travaux ont ensuite porté à la découverte des parties souterraines relatives au complexe médiéval précédent l'établissement franciscain. Témoin de cette phase est l'importante fresque représentant la Crucifixion du Christ.

L'église des Saints Domiziano e Longonziano, lorsqu'elle était connue comme église de San Legonziano, fut donnée aux Franciscains. Actuellement les Frères Mineurs Conventuels (Frati Minori Conventuali) en prennent soin avec le Miracle Eucharistique. La Cathédrale de la cité au contraire, intitulée à Santa Maria del Ponte, représente un "unicum" car entièrement réalisée au-dessus du Pont de Diocleziano.

Lanciano et la musique


La vocation de Lanciano pour la musique est enracinée depuis des siècles. La ville a donné naissance à Ippolito Sabino, artiste renommé du Dix-septième, à Fedele Fenaroli, musicien du Dix-huitème, à Francesco Masciangelo compositeur du Dix-neuvième siècle. Un autre compositeur important, Frère Maria Cipolline a lié son nom à la ville, il a vécu dans la moitié du Dix-neuvième siècle.

Justement afin de valoriser et promouvoir l'intérêt pour la musique, des associations ont vu le jour telles que le Centre d'études Masciangelo ou l'association des Amis de la musique Fedele Fenaroli. Cette dernière coordonne et organise l'Estate Musicale Frentana et les Corsi Musicali Estivi qui accueillent des musiciens du monde entier.

L'amour de la ville pour la musique a donné naissance à la Cittadella della Musica, grand complexe qui occupe les espaces des anciennes prisons de Santa Giovina. En outre, à l'intérieur de l'église Santa Giovina du Seizième siècle, un orgue de grande valeur, datant du Dix-septième siècle, y est conservé, parfaitement restauré il est encore utilisé aujourd'hui pour d'importants concerts.


Sanctuaire du Miracle Eucharistique | Corso Roma, 1 - 66034 Lanciano (CH) Italia | Tel e Fax: +39.0872713189 - P.IVA 01481920690 | info@miracoloeucaristico.eu
Le Sanctuaire du Miracle Eucharistique
La ville | Le Miracle | Le Sanctuaire | Visiteurs illustres | Galerie photo | Publications | Saintes Messes | Info
Choose your favourite language: English | Italian | Français | Deutsch | Espaħol | Polski
Coordinateur du projet: Padre Mauro De Filippis Delfico  -   Ecris au Webmaster
Traduit en français par Josiane Bartolini Villiger
Sanctuaire du Miracle Eucharistique. Copyright © 2004-2012 - All rights reserved.